voir tous les romans


Les silences du Maître drapier

On me demande souvent où je puise ma documentation.
Chez les historiens, bien entendu. De Philippe Guignet à Jacques Messiant, d'Alain Lottin à Pierre Pierrard, de Louis Trénard à Philippe Marchand...
Je les remercie tous pour l'aide précieuse qu'ils m'apportent. Leurs ouvrages permettent à mes personnages fictifs de prendre vie dans un costume, un décor, un climat, une ambiance authentiques, de participer à des événements, de rencontrer parfois des personnages historiques (dans ce roman : Les peintres Watteau et Rosalba Carriera, la sage-femme M.M. Chavatte , Pourchez le libraire-pastelliste et "Brûle-Maison").
Les archives, la bibliothèque municipale de Lille, la bibliothèque nationale de France, sont aussi des sources très importantes.
Pour cet ouvrage, je tiens à remercier particulièrement :
Monsieur Philippe Guignet et mademoiselle Aubry pour leur accueil à la bibliothèque de recherches Georges Lefebvre (Université-Lille III), où j'ai consulté d'intéressants mémoires ; La bibliothèque du Comité flamand de France, à Hazebrouck, et la Maison du Nord-Pas-de-Calais à Paris, pour leur fidèle hospitalité.
Mille mercis à Jacques Duquesne, Jean Callens, Laurent Beccaria, et Guy Fontaine pour leur soutien depuis "la Kermesse du Diable", à Jozef Deleu et son équipe chaleureuse de "Septentrion" en Belgique, et bien sûr à ma chère éditrice Jeannine Balland, avec le souhait de rester digne de son inestimable confiance.
De très tendres pensées vont vers mes parents, mes filles, pour leurs encouragements et mon mari qui m'accompagne parfois lors de "repérages".
Merci à toutes les personnes qui m'ont ouvert leur porte, et leur savoir,
Et à vous mes lecteurs,
sans lesquels rien ne serait possible, vous qui m'inspirez, qui m'invitez à continuer, et qui me procurez tellement de joie lorsque je vous rencontre lors de dédicaces, ou sur mon site internet. Par mes histoires, par cette histoire-ci, j'espère partager avec vous de nouveaux amis, mes personnages.
Nous sommes plus proches ainsi...
"Écrire est un acte d'amour ..." disait Cocteau.

Au début du 18 ème siècle, à Lille, capitale des Flandres, la majorité des habitants subsistent grâce aux différents métiers du textile, et ce depuis les temps ancestraux de la grande draperie locale.

En cette aube des Lumières, le séduisant Guillaume Tresnel est un drapier renommé et un riche négociant en soie et dentelle. Envié et craint, convoité par les femmes, il jouit d'un réel prestige tant dans son travail que dans la société. Son parcours professionnel diffère de celui de ses deux frères, prisonniers des traditions, des impératifs du pouvoir et des rivalités corporatives.

Guillaume dissimule un lourd secret : Mia, une dentellière de Valenciennes dont il s'éprit jadis passionnément.

Un soir de fête de 1729, au bal du gouverneur, un parfum, un visage rouvrent les blessures de Guillaume. L'arrivée inopinée de Denis, un jeune orphelin dans la misère, va bouleverser sa vie. De cette rencontre providentielle naît une amitié sincère et profonde.
S'ensuit une année décisive pendant laquelle, de Lille à Valenciennes, en passant par Venise, Guillaume partira à la recherche de son amour disparu ...

Lieux : Lille, Valenciennes, Venise

Les personnages :

Guillaume Tresnel,
ses frères : Mathias et Morin,
Personnages principaux:
leur mère Magdalène,
les jeunes : Thibault, Coline, Colaert, Piet, Mia la dentellière, Denis l'orphelin, Gauthier le fils de Guillaume et de Luména (sa femme, décédée), Giorgio Corbella le Prince de la soie vénitienne, sa fille Macellina, Francette et Arnould, ouvriers

Personnages historiques :

Antoine Watteau et Rosalba Carriera
La sage-femme Chavatte
Voltaire
Pourchez, le libraire de Lille
Brûle-Maison

Le début :

"Il est de ces jours qui changent le cours de l'existence. Guillaume Tresnel allait en faire l'expérience.
C'était une période de pures réjouissances. Depuis le jeudi 29 septembre 1729, Lille commémorait la naissance du Dauphin avec une magnificence non égalée jusqu'alors dans l'élégante capitale des Flandres. C'était aussi le début d'une année tumultueuse pour Guillaume, mais le riche marchand drapier l'ignorait encore. Il promenait ses trente-huit ans, sa solitude, son renom, et sa belle figure au milieu de la fête..."


Musiques écoutées : Tarentelle vénitienne, Haendel, Bach, Mozart (musiques et opéras)

à l'époque du roman
la presse en parle
haut de page
voir tous les romans


anniedegroote.com ©