La destinée tumultueuse d’une enfant du nord de la France dans la Russie d’Alexandre II, le « tsar libérateur ».

La petite Blonde Vaneyck part avec son père, négociant lillois en lin, s’installer en Russie. Sa découverte du pays est un enchantement : Saint-Pétersbourg, Moscou, la campagne russe …

Elle ne soupçonne pas encore que le faste peut masquer les pires complots. Protégée par la grande-duchesse, elle devient pensionnaire de l’illustre institut impérial de Smolny. Jeune fille ravissante et passionnée, son destin exceptionnel et dramatique se scellera autour de trois hommes : Un officier, Dimitri, Sergueï, le fils d’un ancien serf, et un inconnu qui guette tous ses faits et gestes….
Alors que le souvenir de la conspiration contre Nicolas Ier – la fronde des « décembristes » – est vivace, ses parents sont rattrapés par leur passé. Blonde est alors la victime d’un odieux chantage…

 

Lieux : Saint-Pétersbourg, Moscou, les îles du lac Onega

Personnages principaux :
– Français : Blonde, Raphaël Vaneyck, Raphaëline, Isabelle
– Russes : Katia, Iouliana, Nania, Irina, Sergueï, Dimitri, Vassili, Ivan, et la grande duchesse Helena Petrovna (personnage historique)

prologue : « Son geste fut irréfléchi. Décisif. »

Début chapitre 1 :
« Il est une nuit en Russie où tous les cœurs vibrent en même temps. Celle de Pâques. Revêtue d’or et d’argent, éclairée par la flamme d’une veilleuse, l’icône accrochée au pilier brillait d’une vapeur bleutée et caressante. Blonde était émerveillée, comme au soir de Noël. La petite fille était plus impressionnée par l’ornement préservant la peinture, que par le visage sombre, au regard fixe, comme indifférent à tant de dévotion. Quelque chose d’indicible la faisait frémir. L’invisible, l’inexprimable, étaient au rendez-vous. »

Musiques écoutées :
Eugène Onegin (Tchaïkovski), Glinka, Nocturnes de Chopin, Onegin (BO du film de Martha Fiennes), chants de Kaïa Urb.

Share This